La remise en cause du système socialiste polonais

1
810

La remise en cause du système socialiste polonais

En Pologne, dans les années 1970, a lieu une augmentation du prix des denrées alimentaires. Le nouveau gouvernement se lance dans l’industrialisation croissante et globale (fabrication de biens de consommation et d’industrie lourde). L’investissement augmente ainsi de 20% dans les secteurs visés pour éviter les pénuries et la dépendance extérieure. Cependant, l’industrie nécessite des machines et des pièces détachées. Elles sont importées de l’Ouest. Le gouvernement pensait pouvoir vendre les biens de consommation (stratégie de remontées de filières : extraction de matières premières, biens de production, biens d’équipement, biens de consommation) pour obtenir des devises afin d’acheter des biens d’équipement pour produire encore plus.

Les Polonais comptaient sur les exportations pour trouver des débouchés, mais la crise des années 1970 frappe l’Ouest de plein fouet. Cette récession occidentale remet en cause la politique socialiste polonaise. La Pologne commence à s’endetter auprès des instances financières internationales. Un changement de gouvernement intervient en 1971. Ce nouveau gouvernement applique une politique d’austérité face à l’endettement croissant. En conséquence, les prix des denrées alimentaires augmentent et les salaires sont gelés.

De grandes grèves éclatent en Pologne en réaction à cette politique dans les années 1980. À la suite de ces grèves, le syndicat Solidarnosc est créé en septembre 1980 dans la ville de Dansk. Ce syndicat va avoir une grande influence auprès du gouvernement. L’armée du général Jaruzelski prend le pouvoir en 1981 à 1989, mais la croissance reste faible sous ce régime. En 1989, Lech Walesa est élu aux élections présidentielles. Il accélère les réformes. Il libéralise les prix (ce qui provoque leur augmentation) et gèle les salaires. Il supprime les subventions aux entreprises et dévalue le zloty pour favoriser les exportations et résoudre les problèmes d’endettement. Il met en place des réformes dans le domaine de la régulation des entreprises (lutte contre la bureaucratie des chefs d’entreprise). Ces mesures améliorent le taux d’inflation (de 1 000% en 1989 à 22% en 1995) grâce au blocage des salaires (diminution de la demande), mais les entreprises restent peu compétitives à cause de la bureaucratie. La transition vers l’économie de marché est donc très difficile en Pologne.

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire